Actualités

Les ventes en parfumerie sélective restent stables

Publié dans Chiffres clés et Communiqués de presse par le 22/02/2016

Dans un contexte difficile pour le commerce, la parfumerie sélective maintient en 2015, son chiffre d’affaire à 2,9 milliards d’euros. Alors que les ventes en magasins de marques propres continuent de progresser, les marques de produits sélectifs ne reculent sur l’année que de -0,9% en valeur selon NPD, malgré l’effet des vagues d’attentats de janvier et de la fin d’année (-1,9% en décembre). C’est le recul du parfum en fin d’année qui a freiné la croissance générale du secteur. Le maquillage et les produits de soins ont été eux en progression.

Recul inégal des ventes de parfum

Le recul cumulé du parfum en 2015 (- 1,6% en valeur) s’explique pour une large part par de mauvais chiffres en novembre et décembre qui sont les mois les plus importants pour cette catégorie de produits. Les alcools féminins et masculins n’ont pas réagi de la même manière en 2015. Ce sont les féminins qui s’affaissent avec une baisse de 2,8% en valeur, seuls les coffrets voient leurs ventes augmenter de 4,7%, tandis que les parfums masculins sont quasi flat à – 0,6%.

De beaux résultats pour le soin et le maquillage

Les ventes de produits de soins affichent leur meilleur résultat en valeur depuis deux ans avec une augmentation de 0,6%. Malgré un mois de décembre difficile (-1,1%), le maquillage accomplit également sa meilleure performance depuis 2013 avec une progression de 0,4% en valeur, boosté par les rouges à lèvre dont les ventes affichent + 8,5%.

« Les parfumeries sélectives maintiennent leur chiffre d’affaire en 2015. Les enseignes ont su s’adapter à l’évolution du marché en proposant une expérience client omnicanale, en maintenant une accessibilité des prix par des offres privilégiant la fidélité. Le marché était orienté à la hausse avant les attentats qui ont entrainés une baisse de fréquentation sur les deux derniers mois de l’année, mois les plus importants en chiffre d’affaire de la profession » souligne William G. Koeberlé, Président de la FFPS.