Actualités

Distribution sélective sur Internet et interdiction de vente sur les places de marché : l’arrêt COTY

Publié dans Revue de presse par le 19/12/2017
Concurrences-MayerBrown-dec.-17

“UNE PRATIQUE MÉDIANE SE DÉVELOPPE ÉNORMÉMENT, C’EST LE « CLICK & COLLECT ».“ par William KOEBERLÉ 

Le métier de la parfumerie sélective a beaucoup évolué. Il y a seulement 5 ou 6 ans, le parcours du client était assez simple. Pour attirer le client il suffisait pour les marques de faire de la publicité TV, et pour les magasins de distribuer des catalogues et de réaliser des vitrines attrayantes, à cette époque les « internautes » correspondaient à 5 % des clients et réalisaient moins de 1% du chiffre d’affaires. Aujourd’hui, Le parcours client a complètement changé, c’est près de 60 % des clients qui vont d’abord sur Internet avant de se rendre en magasin. Le chiffre d’affaires réalisé sur Internet représente environ 7 % en France.

La parfumerie sélective a donc besoin d’un site en ligne mais aussi d’un magasin physique. Le métier est devenu omnicanal.

Les clients consultent le site internet à l’avance pour plusieurs raisons, dont l’information sur le prix, les promotions, la géolocalisation des magasins, les horaires et les ingrédients des produits et se rendent toujours en magasin pour pouvoir voir les produits, les sentir, avant de les acheter et surtout échanger avec les conseillères de beauté.

Une pratique médiane se développe énormément, c’est le « Click & collect ». Cette pratique nécessite pour les clients d’avoir toutes les informations en ligne pour commander et dans les magasins tout est mis en œuvre pour éviter les temps d’attente tout en conservant la relation avec les clients. Les produits sont placés dans un sac adéquat pour des produits de luxe avec des échantillons et il est également proposé aux clients de les parfumer.

Afin de correspondre aux critères qualitatifs attendus par les clients, cette transformation du métier nécessite de gros investissements, d’une part dans les magasins et les sites pour s’adapter à l’omnicanalité, mais également en terme de formation pour accompagner l’ensemble des conseillères de Beauté dans ces changements.

Le contact avec les conseillères de beauté est crucial. C’est pourquoi la Fédération de la Parfumerie Sélective a lancé un processus de certification pour les aider à devenir de véritables « coaches de beauté ».

> Lire l’intégralité de l’article